Feeds:
Posts
Comments

Archive for the ‘Animal Rights’ Category

BBGalgos

sur le site de la Fondation Brigitte Bardot  : Bravo et Merci BB !

Lettre ouverte à François Hollande

Allez, courage Président !

Ce mercredi 27 avril 2016, Brigitte Bardot adresse à François Hollande une lettre ouverte, publiée dans une pleine page (4e de couverture nationale du Parisien/Aujourd’hui-en-France). “J’espère que ma supplique va provoquer un déclic pour les candidats à la présidentielle. Comme ils ont tous le même programme, je lance un appel à voter pour le candidat qui aura une intension ferme et déterminée pour la protection des animaux, qui doit être un des grands enjeux de la campagne” a t-elle confié à l’AFP.

Monsieur le Président,

Dans cette lettre ultime, qui résume les nombreuses autres que je vous ai envoyées ainsi qu’à votre ministre de l’Agriculture depuis 4 longues années, je vous fais une supplique intense et urgente.

Vous qui n’êtes pas arrivé à améliorer le sort des Français, ne pouvez-vous pas laisser de votre passage un souvenir inoubliable en usant de votre pouvoir pour enfin mettre un terme au sort inadmissible que subissent les animaux, toujours considérés comme de la marchandise de rentabilité ?

Les animaux ne réclament rien, ils ne sont que les victimes incessantes des diverses cruautés et perversités humaines.

Aucun Président n’a encore eu le courage et l’empathie de se préoccuper ou d’agir en faveur de ce monde animal méprisé et oublié de tous.

Les Français sont des centaines de milliers à soutenir les associations et Fondations de protection animale, ils nous supplient de faire évoluer ce qui les scandalise dans des domaines qui dépendent exclusivement de vous puisque nous n’avons aucun pouvoir effectif contre :

  • La mafia de la viande qui mène le monde,
  • Le lobby de la chasse qui impose ses règles,
  • Les laboratoires d’expérimentation animale tout-puissants, état dans l’état,
  • La tauromachie et autres « traditions » qui torturent et tuent,
  • Les dérogations accordées aux sacrifices rituels dans les abattoirs, grave entrave à la loi française,
  • Le scandale de l’hippophagie qui transforme la plus noble conquête de l’homme en lasagne
  • La chasse à courre privilège barbare d’une noblesse obsolète…

Toutes ces compromissions admises depuis des lustres sont responsables du sort tragique de millions d’animaux sacrifiés dans la douleur, sans qu’aucun responsable ne s’en émeuve.

Mais le monde change, la société change, tous ces lobbies réunis sont puissants mais représentent aujourd’hui moins de voix que les défenseurs des animaux.

Puisque vous avez choisi « le changement » comme slogan présidentiel, je pense qu’il serait temps pour vous de l’appliquer aux animaux avec toute la détermination que vous pouvez avoir, quitte à user à bon escient pour une fois de l’article 49-3.

Je me permets d’insister sur la priorité de cette supplique, me battant courageusement depuis 43 ans pour obtenir ce que je n’ai toujours pas obtenu et ayant atteint un âge qui ne me permet plus d’attendre plus longtemps, je place en vous cet ultime espoir : obtenir enfin une victoire pour les animaux…

Allez, courage Président !

Brigitte Bardot

Présidente

Advertisements

Read Full Post »

This is a good article that exposes the truth .. Although I dont agree with the author’s conclusion : we can avoid porc and as a Vegan I read more than once the labels of every product I buy. The industries are slowing starting to replace porc in their products same go for (some) the pharmaceutical companies

By Marcus Dunk
Last updated at 1:18 PM on 3rd October 2009

Enlarge the picture above to read what use is made of each part of a porc

When we tuck into a bacon sandwich, few of us wonder what has happened to the other parts of the pig whose life has been sacrificed so we can enjoy a juicy breakfast.

But one inquisitive writer set out to trace where all the body parts of one porker ended up.

Christein Meindertsma, 29, said: ‘Like most people, I had little idea of what happens to a pig after it leaves the abattoir so I decided to try to find out. I approached a pig farmer friend who agreed let me follow one of his animals.’

dentified by its yellow ear tag number, 05049, her pig trail ended with her identifying an incredible 185 different uses to which it was put  –  from the manufacture of sweets and shampoo, to bread, body lotion, beer and bullets.

Christein said: ‘I was shocked when I began to find out just how unusual and varied the different uses for a ordinary pig were. It’s almost as if these days, a pig is no longer thought of an animal  –  more like an industrial raw material with a mind-blowing amount of different uses.’

She found that 4.9lbs of her 16st 3lb pig went to making wine gums, while 4.8lbs went into liquorice. In this process, collagen is taken from the pig and is then converted into gelatine. This finds its way into numerous foodstuffs, where it acts as a gelling agent.

Although not all sweets in the UK contain pork gelatine, many do  –  including Marks & Spencer’s hugely popular and aptly-named Percy Pigs sweets.

It is not only sweets that contain pork gelatine. In some beers, wines and fruit juices, pig gelatine is used to remove the cloudiness from the drink. It works as a clarifying agent by reacting with the tannins in the liquid and absorbing the cloudiness.

Some ice creams, whipped creams, yoghurts and certain butters also contain gelatine, as do certain pet foods. More surprisingly, a number of medicines also contain pig gelatine  –  everything from painkillers to multivitamins.

Hygiene and beauty products are also made of pig. Fatty acids extracted from the bone fat of pigs are used in shampoos and conditioners to give them their shiny, pearl-like appearance. These acids can also be found in a number of body lotions, foundations and anti-wrinkle creams. Glycerine made from pork fat is also an ingredient in many types of toothpaste.

Christein, from Holland, found that while some companies were reluctant to cooperate in her quest, others claimed that they didn’t even realise their products contained elements taken from a pig because of the middle men involved in the complex distribution process.

The confusion is not helped by the fact that it is not clear on products’ ingredient labels where they originally came from.

According to the Food Standards Authority, there is no legal obligation for manufacturers to specify whether the gelatine they use is from a pig or another animal. When it is specified, it is often confusingly referred to as Suilline gelatine.

According to Richard Lutwyche  –  a British pig farmer with more than 60 years experience, chair of the Traditional Breeds Meat Marketing Company and a member of the British Pig Association  –  the reasons for much of this confusion is due to the industrial-scale of much pig farming.

‘In the UK, big commercial farms send their pigs to large abattoirs. The abattoir will find different markets for all the by-products,’ he says. ‘Everything they can’t sell they have to incinerate, so it’s in their best interest to sell as much as they can.

‘There’s an old expression that says: when it comes to pig, you can use everything but the squeal. Over the past 100 years those uses have expanded rapidly.’

Some of the surprising products that can include pig material include photographic film, which uses collagen from pig bones; shoes that use bone glue from pigs to improve the quality of the leather; and certain paints that use bone fat to enhance their glossy properties.

Some makers of cigarettes use haemoglobin from pig’s blood in their filters. Apparently this element works as a sort of ‘artificial lung’ in the cigarette so, they claim, ‘harmful reactions take place before the chemicals reach the user’.

And the next time you buy a loaf of bread you would be well advised to read the packaging. Some manufacturers use an ingredient called L-cysteine, which is a protein made from pig or other animal hair and which is used to soften the dough.

A product like Tesco’s Plain Tortilla Wraps includes this ingredient. The strangest use for a pig by-product that Christein found was in bullets and explosives. Pig bone gelatine was used to help transport the gunpowder or cordite into the bullet. It is difficult not to be impressed by the sheer versatility of this animal and its parts.

Virtually nothing in a pig goes to waste. The snout from Pig 05049 became a deep-fried dog snack, while pig ears are sometimes used for chemical weapon testing due to their similarity to human tissue.

Tattoo artists even buy sections of pig skin to practise their craft on due to its similarity to human skin, while it is occasionally used with burns patients for the same reason.

Pigs make an enormous contribution to medicine, with insulin, the blood-thinning drug heparin and pig heart valves all vital.

However, for vegetarians, Jews keeping kosher, Muslims and anybody else wishing to avoid pig products, this may not be such good news.

The complex workings of the global food and processing industry have ensured that it is almost impossible to avoid pig altogether.

http://video.ted.com/assets/player/swf/EmbedPlayer.swf

Read Full Post »

 From Gary L. Francione’s blog .. Although I fully support PETA, I also agree withe Francione’s strict vegan views. Not easy to get things moving BUT most important is that the Vegan movement is progressing .. Most vegans in France are not abolitonist vegans morever many of them support the Meat and Milk industries by promoting their products that target the vegetarians.. a little like the McDonalds story

 La réponse de Gary LFrancione à une déclaration d’Ingrid Newkirk. Bien que je supporte entièrement PETA parce que pour le moment aucune autre organisation en France n’envoit les messages sur le végétaLisme, je comprends la position de Francione sur le veganisme. Nous voyons autour de nous trop de gens (en France) qui militent pour les droits des animaux tout en parlant avec larmes du végétalisme et qui pourtant lorsque nous lisons leurs blogs ou leurs commentaires sur des artilcles traitant de la souffrance animale, mentionnent manger “de temps en temps” des viandes animales, ou “ne pas pouvoir se priver de fromages ou de laitages animaux”.

Rester dans la tolérance d’un mauvais juste milieu ne fait que cautionner les maltraitances animales même si c’est indirect.

Mes recettes végétaLiennes sont maintenant également relayées en plus du Myspace sur le site JARDIN VEGAN

================================== 

Dear Colleagues:

In an article in Time Magazine, PETA co-founder Ingrid Newkirk discusses “flexitarianism,” or “[p]art-time vegetarianism.”

The goal for many activists is simply to get more people to eat less meat. “Absolute purists should be living in a cave,” says Ingrid Newkirk, president of People for the Ethical Treatment of Animals (PETA). “Anybody who witnesses the suffering of animals and has a glimmer of hope of reducing that suffering can’t take the position that it’s all or nothing. We have to be pragmatic. Screw the principle.”

We can make several observations about Newkirk’s statements:

First, Newkirk repeats the mantra of the new welfarist movement: that animal welfare reforms actually reduce suffering. The reforms that are promoted by PETA and the other new welfarist groups for the most part do not provide significant welfare benefits for animals. They just represent a different form of torture. Waterboarding someone on a bare board and waterboarding them on a padded board is still waterboarding.

Moreover, for the most part, industry would eventually adopt these reforms anyway because they generally increase production efficiency. Giving slightly more space to veal calves or using alternatives to the gestation crate result in increased animal productivity, lower veterinary costs, and a better bottom line for producers. PETA explicitly recognizes that gassing chickens is an economically efficient thing to do. The symbiotic relationship between large animal groups and institutional exploiters is clear when we see that groups like PETA and institutional exploiters are involved in a drama whereby animal advocates target an economically vulnerable practice; industry puts up a token fight; the reform, or some modification of the reform, is eventually accepted because it does not harm, and usually helps, industry; the animal groups declare victory; the animal exploiters bask in the praise that industry gets from animal advocates. Only the animals lose.

Second, Newkirk conveniently ignores that the relentless promotion of these welfare reforms by PETA and other new welfarist groups and the claims that these reforms make exploitation more “humane” make the public feel more comfortable about consuming animals and, as a result, consumption increases. It is interesting to note that per capita consumption of animal products is going up and not down. When groups like PETA give an award to slaughterhouse designer Temple Grandin, or praise animal flesh/products peddlers, or call off the boycott of KFC in Canada because KFC agreed to phase in buying gassed chickens from producers, what does that say to the public? It is nothing less than one big stamp of “animal rights” approval.

PETA has made it possible for people who eat at KFC in Canada or at McDonald’s, or who buy “happy” meat or other animal products at Whole Foods, to proclaim themselves as “animal rights” advocates.

It should be increasingly clear that the “happy meat/animal products” movement is a giant step backwards.

Third, Newkirk conveniently misses the most important point in the debate whether to pursue a clear vegan moral baseline or instead to pursue welfare reforms.

It’s a zero-sum game. That is, we live in a world of limited resources. Every cent of money; every second of time; every bit of effort that we devote to welfare reform is less money, time, and labor that we devote to clear, unequivocal vegan advocacy. If the large new welfaist corporations put all of their resources into vegan advocacy, they could reduce suffering and death by reducing demand and helping to shift the paradigm away from the notion that animals are things that we can use if we treat them “humanely” to the notion that animals are beings with inherent moral value whom we should not be using at all.

Consider the following example: you have one hour to spend today on animal advocacy. Should you spend that hour educating people about eating cage-free eggs or about not eating eggs (or animal products) at all? You cannot do both and to the extent that you tell people—as these organizations do—that they can satisfy their moral obligations to animals by eating cage-free eggs or other “happy” animal products, you virtually guarantee that the best that will happen is that people will choose a different form of torture rather than no torture at all.

The choice is not, as Newkirk suggests, between reducing suffering or promoting veganism. It is only by promoting veganism—by working on the demand side of the equation rather than the supply side (the focus on welfare reforms)—that we will reduce suffering—and death.

A related point is that it is not just suffering that matters, as Newkirk suggests; killing matters as well. Newkirk apparently buys into Peter Singer’s view that animals for the most part do not have an interest in continuing to live but only have an interest in not suffering. I reject this view as a factual matter. To deny that any sentient being has an interest in continuing to live is absurd. All sentient beings prefer, or want, or desire to continue to live. The welfarist position, which Newkirk and Singer accept, is that animal life per se has no moral value. Perhaps this accounts for why PETA kills most of the animals it takes in at its Norfolk facility. In any event, I reject that view as speciesist.

As long as the issue is how we treat animals, as long as we think that we are justified in exploiting them as long as we treat them “humanely,” and not that we cannot justify animal exploitation, however “humane” it is, the paradigm will never shift.

Fourth, I understand why animal businesses like PETA promote “flexitarian” principles and are hostile to veganism. They want the biggest donor base possible. According to a PETA executive, half of PETA’s membership is not even vegetarian. If you want those people to make contributions and leave you in their wills, you need to make them feel good about their continued exploitation of animals. If you want to hobnob with Hollywood celebrities and other famous people who consume animals, you cannot have a clear vegan policy. So, instead, you have a position that includes everyone but, precisely because it does not rule out any behavior as morally unacceptable, the position means nothing.

The moral schizophrenia is astounding. PETA routinely condemns institutional animal exploiters but then fails to acknowledge that the consumers who demand animal products—including all those PETA members who are not vegan—are the animal exploiters who create the demand in the first place.

In sum, it is sad that the biggest opponents of veganism as a moral baseline are so-called animal advocates like Newkirk and Singer (1; 2). It is distressing when Newkirk’s response to principled veganism is, “Screw the principle,” or that those who advocate principled veganism “should be living in a cave.”

It is a matter of concern when those who cry the loudest that veganism is difficult or daunting are so-called animal advocates.

Please understand I am not questioning Newkirk’s sincerity. I just sincerely believe that she is very, very wrong.

If you are not vegan, please consider going vegan. Don’t buy into the false dichotomy between flesh and other animal products. There is no morally coherent distinction between flesh and other animal products. Animals used for dairy generally live longer, are treated as badly if not worse than animals raised for meat, and they end their lives in the same hideous slaughterhouses as do their meat counterparts.

Going vegan is easy (despite what some large animal organizations claim); it is better for your health; it is better for the planet; and, most important, it is the morally right thing to do. Veganism is not a matter of compassion or mercy; it is a matter of fundamental justice.

Veganism is the least that we owe to nonhuman sentients.

Gary L. Francione
© 2010 Gary L. Francione

Read Full Post »

NO this is not all right .. we expected the ban of ALL animal experimentations be replaced by alternative methods of experimentations. One could say ok..Great apes are now protected.. but no it is no quite enough. Read more HERE
The compromise is not acceptable.  We are not near to changing times, “humans are humans, animals are animals.. animal experimentation is necessary “” stated the Italian Germano MP Dorfman.  Hell should wait for theses bloody MPs as hell is and will be for all the animals that have been, will be tortured, put to death in these bloody animal experimentation camps called “laboratories.
 
A march will take place in both Paris and Milano on Sat 25th Septembrer 2010 to protest the EU vote. The 40 green Euro MPs and others left the session to protest.
Our world is run by industrial lobbies .. what else could we expect from these bloody MPS who are only concerned by “profits and industries”..
En Français ICI  et ICI
 
Laboratory research: limit animal testing without hampering scientific progress say MEPs
 
2009 elections – Agriculture – 05-05-2009 – 14:09
Plenary sessions
For obvious ethical reasons, the use of animals in scientific experiments needs to be limited and their welfare improved. But this must be done without hindering research in Europe into fighting diseases, says the European Parliament in a legislative report adopted by MEPs in Strasbourg.
Around 12 million animals are used for scientific research in the EU every year. This number should be reduced to a minimum and any planned tests subjected to compulsory ethical assessment, to take account of the public’s concerns, according to a draft directive that has be approved under the co-decision procedure by the European Parliament and the EU Council of Ministers.
MEPs today adopted in plenary, by a majority of 540 to 66, with 34 abstentions, a first-reading report by Neil Parish (EPP-ED, UK) broadly backing these goals.
 
“We all want to see animal tests reduced. However, European citizens quite rightly demand the best and most effective medicines”, Mr Parish said. “The Parliament report makes it clear exactly when testing on animals should be allowed and under what circumstances. It strikes a compromise between ensuring that research can continue in the EU and improving animal welfare”, he added.
 
Great apes to be used only to conserve the species
 
In particular, MEPs endorsed a ban on the use of great apes (chimpanzees, bonobos, gorillas and orangutans), who are threatened with extinction, except for experiments intended to conserve these species.
However, some aspects of the proposal, which would drastically restrict the use of primates such as ouistitis and macaques, could penalise European research to the advantage of its American or Asian competitors, which are less strict on animal welfare. The House therefore amended the directive to make it better balanced and enable medical research to go ahead.  At the same time it suggested measures to promote alternatives to animal testing.
Using fewer primates without compromising the fight against serious diseases
The reports rejects the idea that tests using non-human primates should be restricted to “life-threatening or debilitating” conditions, as this would seriously hinder research into, among other diseases, some forms of cancer, multiple sclerosis and Alzheimer’s disease. It points out that other European and international guidelines require that some drugs be tested on primates before they are approved, and says that tests using these animals should continue to be allowed in medical research as a whole. Also, the Commission should conduct a review of the use of non-human primates in scientific experiments every two years after the entry into force of the directive.
Feasibility studies before animal captures are halted
MEPs support the goal of putting an end to the capturing of wild animals (F0 colonies, in the jargon) by using second-generation specimens born in laboratories (F2) instead, but views differ over the possibility of setting up such colonies in the near future. MEPs therefore want the Commission to carry out feasibility studies to check whether the supply of animals will be enough for EU research purposes.  Meanwhile they believe a transition period of ten years is needed instead of the seven years envisaged by the Commission.
 
Classification of the severity of tests
MEPs also adopted amendments to clarify the text of the legislation, giving definitions for the three categories of pain inflicted during a test (“up to mild”, “moderate” or “severe”). To avoid repeated suffering, the Commission wants to allow the same animals to be re-used only if the test entails pain classed as “up to mild”.  MEPs, however, believe that applying criteria that are too strict would result in even more animals being used for tests, which would defeat the object. They therefore ask for animals to be re-usable if the test entails “moderate” pain. This would include blood tests or implants performed under anaesthetic.
More effort to devise alternative methods
One of the key features of the directive on reducing the number of tests on animals is the development of alternative methods. However, the directive is unclear about the role in this area of the European Centre for the Validation of Alternative Methods. MEPs believe the centre should be expanded to give it a genuine role in coordinating and promoting the development and use of methods that can replace animal testing. They add that the Commission and Member States must provide material support for the development of such new experimental approaches.
 
More transparency without increasing red tape
Other amendments seek to spell out the requirements for transparency regarding any tests performed and to prevent red tape which would bring little animal welfare benefit.
In particular, MEPs want the prior authorisations required for animal tests to be limited to projects where the pain would be “moderate” or “severe” or to those carried out on primates.
 
Also, they do not want the directive to cover larval forms and embryonic or foetal forms other than mammals, because of the complications of counting and recording the thousands of eggs laid by some female fish or amphibian species.
 
The text approved by MEPs stresses that the directive will not prevent Member States from applying or adopting stricter national measures to improve the well-being and protection of animals used for scientific purposes.
 
Next steps after the elections
 
Owing to end-of-legislature calendar constraints, it has not been possible to conduct talks with the Council of Ministers with a view to reaching a first-reading agreement before the European elections in June. It will therefore be up to the newly-elected Parliament to confirm or amend the outgoing Parliament’s position and negotiate with Member State representatives in order to conclude work on this directive.

Read Full Post »

This is a huge issue at the moment in Switzerland – and agribusiness are fighting it tooth and nail.However, if it goes through it will serve as a precedent for other countries; German politics (Christian democrats especially) have so far blocked efforts towards the same.Of course the Swiss Government is recommending a “NO” vote – but that is in keeping with the demands of the industry ..Also – this issue connects with the current proceedings in Austria and the law case against AR activists. (Thanks Diana)

By Imogen Foulkes
BBC News, Zurich
 
Swiss voters will go to the polls on Sunday to decide on a proposal to appoint state-funded lawyers across the country to represent animals in court.

Supporters of the initiative say such lawyers would help deter cases of animal cruelty and neglect, by making sure that those who did abuse or neglect animals would be properly punished.

Opponents however claim that Switzerland, which already has strict animal protection laws, does not need any more legislation.

The canton of Zurich has in fact had its own animal lawyer for a number of years; the current incumbent, Antoine Goetschel, is the only state-funded lawyer in Switzerland who goes to court to speak on behalf of animals.

Four-legged clients

His clients include dogs and cats, guinea pigs, cows, horses and sheep, even, recently, a large pike, fished from Lake Zurich.

 

"It took 10 minutes of struggle to reel the pike in before killing it," Mr Goetschel explained. "The fisherman was reported by a long-standing animal rights organisation."

In fact, Mr Goetschel lost that particular case, but that has not deterred him. He believes appointing lawyers to speak for those who cannot speak for themselves is the essence of justice.

"People accused of animal cruelty very often hire lawyers to defend themselves," he pointed out.

"Why shouldn’t someone speak for the animal as well?"

Under Antoine Goetschel, prosecutions for animal cruelty have increased

Zurich success

Supporters of a nationwide system of animal lawyers in Switzerland point to the sharp increase of prosecutions for animal cruelty in Zurich since Mr Goetschel started work. While he can average over a hundred successful cases a year, other cantons rarely have more than one or two.

In neighbouring canton Aargau, Marlies Widmer manages a home for neglected animals. For her, animal lawyers cannot come soon enough.

At the moment Marlies has more than 40 dogs in her care, as well as 30 cats, and several rabbits and guinea pigs.

"These were brought in as three-week old puppies," she said, pointing to four lively young dogs. "They were completely emaciated, they had been kept in an underground garage, in the dark."

Marlies believes Switzerland’s strict animal welfare laws, among them mandatory animal care courses for dog owners, and a prohibition on budgerigars being kept alone in cages, are simply not being enforced.

"At the moment even if there are court cases the fines are tiny, laughably small," she said. "They don’t deter people at all, we really want people who have behaved in such a brutal manner towards animals to be properly punished."

Farmers doubts

But there is one rather powerful lobby in Switzerland with big doubts about yet another layer of animal protection legislation.

Swiss farmers are already struggling with reduced subsidies and falling milk prices, and many fear the introduction of animal lawyers could lead to long, costly, and unnecessary court cases.

 

Hans Staub, who has a dairy farm in the town of Waedenswil, is in full compliance with all the many existing laws governing the keeping of cattle.

His cows, each named after a different city from Delhi to Rimini to Granada, are clean and well fed. In the winter they spend their time mostly in the stall, but, following the rules, Hans lets them out into the fields two or three times a week.

"You know as a farmer I have always thought of an animal’s welfare and dignity as an integral part of my job," he said. "But animal lawyers, no, farmers won’t vote for that. We see it as unnecessary bureaucracy, a kind of academic exercise."

What’s more, Hans and his farming colleagues are very suspicious of what they believe is a hidden agenda among those pushing for stricter animal welfare laws.

"Some of these groups actually question the ethics of keeping animals at all," he pointed out. "It should be possible for us to do our jobs, all the while respecting our animals, but we are farmers and we want to stay farmers."

The Swiss government is recommending a "no" vote

Costly legal fees

Antoine Goetschel believes the farmers’ fears are groundless.

"If they keep their animals properly and obey the law, they have absolutely nothing to fear from me," he insisted.

"But," he continued, "perhaps the problem is that lots of people just don’t like lawyers; after all, one in two people nowadays may have a costly divorce behind them."

In fact, the cost of appointing animal lawyers nationwide may be the proposal’s downfall. In the past, Swiss voters have been very supportive of tough animal welfare legislation, but this time the government is recommending a "no" vote.

One reason could be that animals who need their day in court will not, of course, be paying the lawyers’ fees – that will be left to the Swiss tax payer.

bbc uk

Read Full Post »

Anyone who’s ever glanced at the website PETAKillsAnimals.com is familiar, whether they know it or not, with a group that calls itself the Center for Consumer Freedom.

The Center for Consumer Freedom — headed up by a lobbyist for the food, alcoholic beverage and tobacco industries named Richard Berman — has long been at odds with groups like PETA and the Humane Society of the United States. (For the record, though, it has also worked to discredit non-animal-related advocacy groups including Mothers Against Drunk Driving through its ActivistCash.com website. Another of its websites, ObesityMyths.com, attempts to debunk what it describes as "myths" about human health. Among those "myths": "Obesity will shorten life expectancy" and "Obesity has made diabetes epidemic.")

Now, though, the CCF has ratcheted up the rhetoric against the Humane Society by launching a new website devoted to discrediting the group: HumaneWatch.org. As part of HumaneWatch’s kickoff, the Center purchased a full-page ad in the New York Times that argues that the Humane Society "gives less than one-half of 1% of its $100-million budget to hands-on pet shelters."

We’ve heard this criticism all too often, and it’s an argument we find supremely disingenuous. One can certainly care about animals and not support the Humane Society — many of our animal-loving readers have written passionate comments that explain their rationales for not supporting the group. But those readers explain that they fundamentally disagree with the Humane Society’s aims and tactics — and their arguments are reasonable and sound.

What’s not reasonable or sound is vilifying the group for its failure to be something it never claimed to be: an animal shelter. Arguing that the Humane Society is failing by not donating enough to local shelters is like arguing that the president is failing to stand up for the poor because he hasn’t volunteered at your local soup kitchen.

Our colleague, agribusiness reporter P.J. Huffstutter, explains the rationale for the CCF’s latest attack in The Times’ business blog, Money & Co.:

So, why target [the Humane Society]? Well, for one thing, [the Humane Society] has become increasingly involved in pushing through legislation that alters how animals are treated in the food-production system. The organization was a key voice in the successful campaign last year to get California voters to pass Proposition 2, which was aimed at preventing "cruel confinement" of farm animals (like smaller cages for egg-laying chickens or gestation crates for pregnant sows).

That, of course, grabbed the attention of CCF. …

According to CCF, the public doesn’t realize that most of their donations aren’t going to help lost cats and dogs, or help out underfunded animal shelters. Instead, the majority of the money allegedly is being used to "bankroll anti-meat campaigns and PETA-style propaganda," said David Martosko, CCF’s director of research.

In his short biography on the HumaneWatch website, Martosko describes himself as someone who "[loves] animals. But not obsessively so. And I’m not a big fan of people who put the life of a lab rat above the life of a cancer patient."

He speaks of a distinction between animal welfare and animal rights: "Animal ‘rights’ philosophy says that even if you gave your dairy cows three meals a day, evening rubdowns, waterbeds to sleep on, iPods, and Nintendo Wii privileges, it would still wrong to milk them." (Full disclosure: We’re vegan, and our issue with milk isn’t that it’s fundamentally "wrong" to milk cows — how silly. Instead, we take issue with the inextricable link between the dairy industry and the veal industry. Since dairy cows must be kept pregnant in order to continue to produce milk, the industry produces an excess of calves. Female calves, of course, can go on to become dairy cows themselves. Since male calves will never give milk, a large percentage of them will spend their short lives confined to veal crates before  ending up as someone’s veal dinner.)

If the CCF wants to discredit the Humane Society, it’ll find plenty of animal advocates — including a number of Unleashed readers — who share its core belief that the Humane Society’s tactics are misguided, wrongheaded or don’t go far enough toward protecting animals. It could make a number of well-reasoned arguments, but instead its New York Times ad rests on a straw-man argument, refuting a "claim" that the Humane Society doesn’t make.

The Humane Society is, according to its mission statement, "the nation’s largest and most effective animal protection organization" — an organization that works to help animals through legislative efforts and large-scale investigations into alleged instances of animal cruelty. Donating to your local animal shelter or rescue group is admirable; donating to a legislative advocacy group, one could argue, is also admirable. But these groups have fundamentally different ways of achieving their aims, and arguing that a legislative group is wrong for not operating an animal shelter is as misguided as arguing that an animal shelter is wrong for not lobbying on a national scale for animal-friendly reforms.

Wayne Pacelle, the Humane Society’s president and chief executive, took to his blog Tuesday about the CCF’s New York Times ad. "The ad … says many things. But one thing it doesn’t say is the following: Why would a corporate front group take after a venerable organization like the Humane Society of the United States," Pacelle wrote. "Here’s the answer: They are bothering us because, by threatening animal abuse, we are threatening their bottom line."

Martosko was quick to respond to Pacelle in his own blog post Tuesday: "Our HumaneWatch project is just getting started. What you’ve seen so far is just the first trickle out of a very, very backed-up faucet. So perhaps we can count on Whiny Wayne having tantrum after tantrum this year. Fine with us. We’ll just keep speaking up for the shelter animals."

Speaking up for the shelter animals? Somehow, coming from the group that rails against Mothers Against Drunk Driving’s "fanatical conviction that no one should be allowed to drink anything before driving," we doubt that concern for shelter animals is really at the heart of its latest campaign.

 Lindsay Barnett

Read Full Post »

Suite ….
 

5. La viande avec garantie de bien être animal : une alternative à l’abolition ?

« Il n’y a pas de mal à manger de la viande du moment que les animaux sont bien traités ». Telle est l’opinion la plus fréquemment affichée. C’est celle que les consommateurs de chair animale ressentent comme cohérente avec leur propre pratique : « ce qu’il faut, c’est éviter la souffrance. » De sorte que, tout naturellement, le débat s’engage comme si l’alternative était entre traiter plus « humainement » les animaux mangés, ou bien abolir la viande, la première option étant majoritairement jugée plus raisonnable.

 Une fois le problème posé en ces termes, la discussion se limite à la question de savoir s’il est permis ou pas de tuer des animaux pour s’en nourrir, si oui ou non leur donner la mort est un acte moralement anodin. Nous ne développerons pas ce point ici19. Au demeurant, il est douteux que l’issue du débat sur l’acte de tuer se jouera uniquement sur la confrontation de raisonnements éthiques relatifs à sa légitimité. Le plébiscite par les consommateurs de viande de l’élevage dans le bien-être devrait coïncider rationnellement avec la position selon laquelle tuer sans douleur un animal qui a mené une vie plaisante est un acte neutre. Mais en l’occurrence, la rationalité a le parfum d’une rationalisation défensive, qui ne préserve pas totalement ses auteurs du sentiment négatif qu’inspire la tuerie organisée des animaux. Il se pourrait par conséquent que le basculement de l’opinion sur ce sujet dépende largement de ce qui pourra être fait pour mettre fin à l’invisibilisation des opérations de mise à mort. Comme le note Claude Fischler (sociologue, directeur de recherche au CNRS) :

La « filière viande » a une difficulté : il y a certains aspects que, littéralement, on ne peut pas montrer et que l’on ne veut pas voir. Pas même quand les installations sont les plus modernes et que le « bien-être animal » est pris en compte. Une émission de télévision a montré récemment un abattoir moderne, où les animaux sont traités avec soin. On leur diffuse de la musique et ils sont sous des « brumisateurs » d’eau. Les personnes à qui j’ai demandé de commenter cette séquence m’ont souvent dit qu’elles l’avaient trouvée malgré tout choquante. Ce n’est donc pas seulement, semble-t-il, la cruauté du traitement infligé aux animaux qui frappe. Il s’agit de quelque chose de plus profond, qui rend l’idée même de l’abattage difficile à accepter, en particulier de l’abattage en masse20.

En réalité, les deux options – « abolir la viande » ou « continuer à manger des animaux en veillant à leur bien-être » – ne se distinguent pas seulement par la question de la mise à mort. Il y a entre elles une autre différence cruciale. Cette différence est d’ordre pratique : l’option « élevage dans le bien être » n’est pas disponible. Il n’y a aucune trajectoire plausible qui, partant de l’état actuel des choses, conduise à une généralisation des élevages assurant le confort physique et psychique aux animaux.

Évolution de la production de viande

De 1950 à 2005 la production annuelle des pêcheries (hors aquaculture) a été multipliée par cinq, passant de 19 à 95 millions de tonnes21. En 2002, 72% des « ressources halieutiques » étaient exploitées plus rapidement qu’elles ne pouvaient se reproduire22.

Concernant les animaux d’élevage, la production de viande d’animaux terrestres a plus que quintuplé en un demi-siècle (1950-2000), passant de 45 à 233 millions de tonnes23 par an. Sur la seule période 1990-2002, la quantité de viande consommée a crû de 32% en tonnes et de 12% par habitant24. En 2002, la consommation de viande (d’animaux terrestres) par habitant s’établit à 40 kg par an en moyenne25. Les projections effectuées par la FAO à l’horizon 2015 et 2030 prévoient la poursuite d’un rythme de croissance soutenu de la production :

Entre 2007 et 2016, selon les perspectives communes FAO-OCDE, la production mondiale de viande devrait ainsi augmenter de 9,7 % pour le boeuf, de 18,5 % pour le porc et de 15,3 % pour le poulet. Principalement en Inde, en Chine et au Brésil. D’ici à 2050, la production de viande pourrait même doubler, passant de 229 millions de tonnes au début des années 2000 à 465 millions26.

Tant en niveau absolu qu’en taux de variation, on observe de fortes disparités selon les régions du monde27. Au cours des dernières années, la consommation par habitant tend à croître lentement ou à se stabiliser dans les pays les plus développés, elle régresse dans une partie de l’Afrique, tandis que l’essentiel de la croissance est imputable à quelques pays tels que la Chine ou le Brésil (en 2005, ces deux pays représentent à eux seuls plus de 60% de la production de viande du groupe des pays en développement, dont 49% uniquement pour la Chine28). L’augmentation du nombre d’animaux tués est beaucoup plus forte que celle de la production mesurée en tonnes puisque les élevages dont le développement est le plus rapide sont ceux d’animaux de petite taille (les volailles).

L’élevage d’animaux aquatiques connaît une expansion encore plus forte puisque de 1950 à 2005, la production est passée de 639 000 tonnes à 63 millions de tonnes29. Là encore, il s’agit d’animaux de petite taille et de surcroît particulièrement oubliés des dispositions relatives au bien-être tant pour les conditions d’élevage que de mise à mort.

Lois et labels

Deux facteurs procurant une protection partielle à des animaux d’élevage connaissent une certaine progression.

Le premier consiste en l’adoption de dispositions légales dans quelques États ou groupes d’États qui restreignent ou interdisent des pratiques particulières : ici le gavage des palmipèdes, là l’immobilisation des truies dans des cages minuscules ou la castration à vif des porcelets, ailleurs l’isolement des veaux dans des cases où ils ne peuvent pas se retourner… Pour appréciables qu’elles soient, ces avancées restent limitées. Quand elles touchent une industrie largement implantée sur le territoire concerné, elles se heurtent à une résistance des filières de production qui conduit à un affadissement notable des quelques mesures envisagées, à des délais conséquents dans l’adoption puis l’entrée en vigueur des dispositions protectrices, souvent à des sursis dans les délais, et à une diligence modérée dans la vérification du respect des réglementations et l’infliction de sanctions aux contrevenants.

De telles dispositions constituent des progrès parce qu’elles tendent à mettre fin à tel ou tel élément particulièrement douloureux ou stressant dans l’existence de certains animaux. Mais des mesures si ponctuelles, adoptées et appliquées avec une telle lenteur, ne sont pas de nature à conduire à un état de bien-être pour les animaux. Il ne s’agit que d’aménagements parcellaires de l’élevage intensif, un mode d’élevage conçu pour obtenir une production maximale dans un minimum de temps, et avec un minimum d’espace et de main d’oeuvre, quoi qu’il en coûte aux animaux.

 Le second facteur qui procure quelque protection aux animaux destinés à la consommation alimentaire réside dans le développement de labels attribués aux élevages qui respectent un certain cahier des charges, comprenant entre autres des obligations relatives au traitement des animaux. Ces types d’élevages, responsables d’une partie minoritaire de la production, coexistent avec ceux produisant de la viande moins chère sans aucune garantie pour les animaux (autre que les réglementations de base abordées précédemment). Le plus souvent, les labels sont mis au point par des groupements de producteurs ou de distributeurs30, parfois avec le soutien actif d’associations animalistes31 (certaines d’entre elles élaborant leur propres critères et labels). Ce sous-ensemble des élevages offre, dans les pays où il existe, des conditions de vie meilleures aux animaux à certains égards. Il reste cependant éloigné de l’image idyllique de la ferme où les animaux gambadent librement dans de vastes espaces, jouissent des rapports sociaux qui leur conviennent, disposent d’abris spacieux et douillets, et sont transportés et abattus en douceur32.

Le bien-être animal généralisé : un futur illusoire

Le mouvement pour l’abolition de la viande n’a pas pour but de dénigrer les progrès accomplis via des dispositions légales, ni de contester que les consommateurs de produits animaux qui choisissent certains labels causent moins de tort aux bêtes que les autres. Il a par contre vocation à montrer qu’il est utopique d’imaginer qu’on puisse un jour arriver à offrir une vie décente et une mort sans souffrance aux milliards d’animaux tués chaque année dans le monde pour l’alimentation humaine. La poursuite de la consommation carnée, dans des conditions garantissant une bonne vie et une bonne mort à l’ensemble des animaux mangés, est un futur mythique. Ce mythe doit être détruit parce que la fausse promesse de cet avenir fait d’élevages radieux permet de laisser perdurer les atrocités sans nombre imputable à la viande ; elle pousse à différer indéfiniment les décisions nécessaires pour y mettre un terme.

 La solution serait de mettre fin à l’élevage concentrationnaire qu’a permis la zootechnie pour instaurer un élevage extensif où les animaux jouiraient du plein air et de déplacements libres dans des espaces verdoyants ? Mais où sont les espaces disponibles pour y laisser vaquer d’innombrables animaux autrement qu’à de très hautes densités ? Où mettra-t-on les villes, les routes, les cultures ?

La solution serait d’évoluer vers des élevages employant un personnel bien formé à la connaissance des besoins des animaux et capable d’en assurer le suivi attentif ? Mais comment un éleveur qui produit de la viande de poulet avec des milliers d’oiseaux pourrait-il, avec la meilleure bonne volonté du monde, leur offrir des conditions de vie correctes ? Comment pourrait-il, par exemple, soigner les animaux malades alors qu’il n’a même pas le temps de passer chacun en revue du regard chaque jour ? Ou alors combien de millions de personnes supplémentaires faudrait-il payer pour s’occuper correctement des animaux ? Par combien faudrait-il en conséquence multiplier le prix de la viande ? Et jusqu’à quel point peut-on espérer du consommateur qu’il achète une telle viande à prix d’or tant que d’autres élevages, d’ici ou d’ailleurs, proposeront de la viande bon marché obtenue dans des conditions pitoyables ? Jusqu’à quel point les éleveurs peuvent-il laisser se former l’attachement qui découle de soins attentifs prodigués à leurs animaux, alors que ce même attachement leur rend pénible de les destiner à la mort ? Jusqu’à quel point peuvent-ils négliger que ces soins ont un coût qui affecte la rentabilité de leur entreprise ? Est-il aisé pour eux de considérer les animaux à la fois comme des êtres sensibles placés sous leur protection et comme des marchandises dont dépend leur revenu ?

La solution serait d’instaurer une réglementation stricte qui ne laisserait en activité que des élevages réellement respectueux du bien-être des animaux ? Comment parviendra-t-on à ce que le bien-être en question soit… le bien-être et non un simple amenuisement des pratiques les plus atroces ? Qui paiera les dizaines de milliers d’inspecteurs qui seraient nécessaires pour vérifier assidûment l’application des normes ? Et sinon, comment des animaux muets et sans défense pourront-ils faire valoir leurs droits quand bien même ils auraient été inscrits dans des textes ?

 Manger moins de viande ? Ce serait assurément un progrès très notable. Mais même en divisant par dix la consommation, ce sont des milliards d’individus qui resteraient sacrifiés chaque année. C’est un mensonge que d’assurer que les sociétés humaines ont la capacité juridique, psychologique, technique, économique, de mettre en place les dispositifs permettant de tuer sans angoisse ni douleur des myriades d’animaux. C’est un mensonge d’assurer qu’elles peuvent offrir une vie décente à des animaux d’élevage plus nombreux que les humains eux-mêmes, et cela en n’y consacrant qu’une part infime de la force de travail employée à la production. Et l’on n’en est pas à diviser par dix ni même par deux la consommation carnée, on est dans un rythme de croissance tel que la souffrance épargnée par le progrès des réglementations ou par l’attention portée par certains consommateurs aux conditions d’élevage est moindre que celle ajoutée par l’augmentation annuelle de la production.

 Pourtant, dira-t-on, il existe des éleveurs exemplaires. Les animaux mènent avec eux une existence enviable, même si elle est écourtée. Pourquoi ne pas séparer le bon grain de l’ivraie plutôt que de chercher à interdire tout élevage ?

Mais ce n’est pas parce qu’il n’y a jamais eu de bons maîtres ni d’esclaves heureux qu’il est préférable que l’esclavage humain ait été aboli. Il n’est même pas vrai que tous les esclaves aient connu un sort meilleur après leur libération. Néanmoins, en pratique, il s’avère que la toute puissance des maîtres est un système gravement nocif pour la majorité de ceux placés sous leur dépendance, et qu’on ne sait pas établir les filtres qui permettraient de ne laisser en activité que les maîtres exemplaires.

De même (toujours en faisant abstraction du problème de tuer), ce n’est pas parce qu’il n’y a jamais eu de bons éleveurs qu’il faut abolir la viande. C’est parce qu’il est faux qu’on sache comment procéder pour ne laisser subsister que les bons élevages et s’assurer qu’ils le restent. Peut-être serait-il excusable de tenter de trouver le chemin vers cette sélection, si grands que soient les risques d’échec, si la pérennité de l’élevage avait des enjeux vitaux. Mais la viande n’étant pas une nécessité, il serait criminel de la laisser perdurer au nom de la recherche de cet improbable chemin.

Quant à la pêche, elle implique le plus souvent une lente et douloureuse agonie des animaux capturés33. À quoi pourrait bien ressembler une pêche attentive au bien-être animal, et qui se soucie de la concevoir ?

En pratique, tant que les animaux seront des marchandises, élevés à grande échelle afin d’être vendus sur un marché où règne la concurrence, il y aura conflit entre leurs intérêts et ceux des producteurs, et les producteurs seront toujours poussés à rogner sur les coûts. […] Les aspects psychologiques de nos choix alimentaires doivent également être pris en considération. Des agriculteurs qui commencent par élever des animaux « humainement » peuvent dériver vers des pratiques plus profitables mais moins humaines ; le même type de dérive peut affecter les consommateurs. Quel degré « d’humanité » dans le traitement des animaux est suffisamment « humain » pour qu’on puisse les manger ? [How humane is humane enough to eat ?] Pour des omnivores consciencieux, la ligne de démarcation entre ce qu’il est légitime de manger et ce qui ne l’est pas est vague. Parce que nous sommes trop souvent tentés de choisir la facilité, il se pourrait bien que la meilleure façon de nous assurer de la moralité de nos comportements alimentaires soit de tracer une frontière nette excluant les produits animaux – et de la respecter34.

6. Pour une écologie sensibiliste

La revendication d’abolition de la viande émerge dans un monde où les problèmes environnementaux revêtent une importance croissante. Il existe, à divers niveaux, une réelle proximité entre la question écologique et la question animale, sans pour autant que le problème de la viande soit « soluble » dans l’environnementalisme dominant aujourd’hui.

Des problématiques comparables

Le voisinage entre les deux champs réside d’abord dans l’état d’esprit que requiert leur traitement, et dans les outils qui doivent être mis en œuvre pour le réaliser. Dans les deux cas, la compréhension du problème mobilise au plus haut point la capacité de décentrement par rapport à soi-même, en ce sens que les tiers qu’il s’agit de prendre en considération ne sont dans la plupart des cas ni nos proches, ni des individus en position de nous inciter à prendre en compte leurs intérêts par la menace de représailles ou la promesse de bienfaits en retour : les poulets ne se retourneront pas contre les mangeurs, les générations futures et les victimes de nos activités polluantes ne nous donneront rien en contrepartie de notre abstention de leur nuire. Pour cette raison, on ne parvient généralement pas à une issue satisfaisante en comptant uniquement sur le jeu des relations privées ou professionnelles qui guident les comportements quotidiens (en l’occurrence, il n’y a pas de relations de cet ordre).

La bonne gestion de l’environnement a été repérée de longue date par les économistes comme un des domaines où il y a défaillance du marché : les relations contractuelles entre offreurs et demandeurs ne conduisent pas à une situation satisfaisante du point de vue de l’ensemble des agents affectés en raison de l’importance des externalités. (On parle d’externalités quand il y a des conséquences – positives ou négatives – sur des tiers qui ne sont pas partie prenante à une transaction économique.) Ainsi, si une entreprise utilise une technique de production qui détériore la qualité de l’air ou de l’eau, un désavantage en résulte pour les usagers de ces ressources naturelles (externalité négative). Mais cela n’affecte ni les coûts ni les recettes de l’entreprise, donc n’exerce aucune influence sur les critères de rentabilité qui guident sa décision de produire. Les victimes de la pollution sont en dehors de la relation entre le fournisseur et ses clients, de sorte que les biens à externalités négatives sont produits en quantité excessives par rapport à ce qui aurait été décidé si on avait pris en compte les coûts subis par des tiers. L’existence d’externalités (d’importance significative) compte ainsi parmi les situations où l’on admet que des corrections doivent être apportées par des politiques publiques.

Le cas de la viande est analogue : il s’agit d’un produit dont la quantité fournie est régulée par les relations entre offreurs (éleveurs, pêcheurs, transformateurs, distributeurs…) et demandeurs (consommateurs). Or, il y a des tiers victimes d’externalités négatives gigantesques – les animaux mangés – dont les intérêts ne comptent pour rien dans la décision de produire. Ils sont économiquement inaudibles, sauf si les offreurs ou demandeurs décident de s’en faire les représentants. Comme pour les activités causant des dégradations à l’environnement, il s’avère que ces inflexions volontaires des comportements existent, mais sont d’une ampleur insuffisante pour résoudre le problème. Les humains possèdent à un degré non négligeable la faculté de comprendre qu’il serait souhaitable d’épargner les victimes impuissantes de leurs actes. Ils possèdent à un degré nettement moindre la faculté de les épargner effectivement sur la base de décisions individuelles spontanées. Ils sont cependant capables de trouver des moyens détournés pour y parvenir, en mettant en place des dispositifs qui les incitent ou les obligent à faire ce qui doit être fait. Concernant la viande, l’interdiction est un dispositif remarquablement simple et efficace. C’est une chance par rapport à d’autres domaines où les solutions sont plus complexes35.

L’impact environnemental de l’élevage

Le voisinage entre la question écologique et la question animale ne se limite pas à la ressemblance de structure des deux problèmes (la similitude des approches nécessaires pour les appréhender et les résoudre). Il y a aussi une proximité substantielle : l’élevage, par exemple, est une question environnementale, en ce qu’il se rapporte à l’usage qui est fait des ressources naturelles altérables ou épuisables. Or, son impact en la matière est considérable :

Manger de la viande nuit à l’environnement. C’est la conclusion à laquelle parvient l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui a rendu public, mercredi 29 novembre [2006], un rapport consacré à l’impact écologique de l’élevage. Celui-ci est « un des premiers responsables des problèmes d’environnement », affirme un des auteurs, Henning Steinfeld.

Mesurée en équivalent CO2, la contribution de l’élevage au réchauffement climatique est plus élevée que celle du secteur des transports. L’activité est responsable de 65% des émissions d’hémioxyde d’azote, un gaz au potentiel de réchauffement global 296 fois plus élevé que celui du CO2, essentiellement imputable au fumier. De plus, le bétail produit 37% des émissions de méthane liées aux activités humaines. Ce gaz, produit par le système digestif des ruminants, agit vingt-trois fois plus que le CO2 sur le réchauffement.

Les pâturages occupent 30% des surfaces émergées, alors que 33% des terres arables sont utilisées pour produire l’alimentation du bétail – et ces surfaces sont insuffisantes pour répondre à la demande, ce qui entraîne le défrichage de forêts. D’autres dégâts sont énumérés : 20% des pâturages sont dégradés par une surexploitation entraînant le tassement et l’érosion du sol ; l’activité compte aussi « parmi les plus nuisibles pour les ressources en eau36 ».

La dégradation des eaux, la déforestation, l’érosion des sols (et dans certaines régions la désertification) imputables à l’élevage détruisent ou appauvrissent l’habitat d’animaux sauvages, de sorte qu’ils sont moins nombreux à pouvoir vivre et se reproduire. L’élevage est aussi plus directement responsable de la mort d’animaux sauvages, puisque 24% du produit des pêcheries (en 2004) est utilisé pour la nourriture des animaux d’élevage37. Enfin, la flambée actuelle du prix des céréales rappelle que les utilisations des terres cultivables sont concurrentes entre elles (cultures destinées aux humains, cultures destinées aux animaux, production de biocarburants…) et que, par différence de pouvoir d’achat interposé, la consommation de viande peut contribuer à accroître la misère et la sous-alimentation des humains les plus pauvres38.

L’impact [de la hausse actuelle du prix des céréales] sera plus ou moins fort sur le pouvoir d’achat : dans les pays développés, les dépenses alimentaires représentent de 10% à 20% du budget des ménages, contre 60% à 90% dans les pays pauvres. « Quand 90% des dépenses vont à la nourriture, une augmentation de 20% du prix des céréales est tout simplement dramatique39 » […].

Vers un élevage écologique intensif ?

La consommation carnée cause des torts immenses aux animaux élevés ou pêchés et provoque la disparition d’animaux sauvages. Elle dégrade les sols, l’eau, les forêts… Par l’intermédiaire des inégalités de répartition des revenus, elle pèse également sur le sort des humains les plus démunis.

Est-ce à dire que si des politiques sont mises en oeuvre pour remédier aux problèmes environnementaux liés à l’élevage, elles seront nécessairement bonnes à la fois « pour les hommes, pour les animaux et pour la planète » ? Les orientations suggérées par le rapport de la FAO 2006 n’incitent pas à l’optimisme. Les propositions des experts qui en sont les auteurs ont été construites en considérant comme une donnée la poursuite de la croissance de la consommation de viande, de sorte que la question devient : « Comment fournir plus de viande en limitant les dégâts écologiques ? » La solution qui est préconisée pourrait être qualifiée d’évolution vers un « élevage écologique intensif ». Cela demande des politiques de vérité des prix, afin que les ressources altérables ou épuisables cessent d’être gaspillées : suppression des subventions à l’élevage, hausse du prix de l’eau, coût plus élevé pour l’utilisation des terres (en particulier, disparition des pâturages sur terres communes dont l’usage est gratuit), application du principe pollueur-payeur. Parallèlement, des aides financières et moyens publics (tels que la recherche) devraient être mis en œuvre pour réduire l’impact environnemental de l’élevage, en tenant compte du fait que cet impact est différent selon les espèces. À quantité égale de viande produite, ce sont les bovins qui contribuent le plus à l’émission de gaz à effet de serre et, lorsqu’ils sont en élevage extensif, contribuent le plus à la dégradation des terres. Dans cette hiérarchie de la nuisance écologique, les élevages de volailles sont ceux dont l’impact est le plus faible. Ce sont eux aussi qui constituent le détour de consommation le moins inefficace en terme de rapport entre la nourriture ingérée et la nourriture produite.

Selon le rapport de la FAO, l’industrialisation de l’élevage n’est pas un problème en soi ; ce qui en est un (en termes de nuisances sur l’environnement) c’est la concentration des élevages sur certaines zones géographiques, d’où la nécessité de mettre en œuvre des politiques pour inciter à les répartir de façon plus équilibrée sur le territoire. Mais, pour les auteurs du rapport, « si l’on veut satisfaire la demande future prévue de produits de l’élevage, il est difficile de trouver une alternative à l’intensification de la production » (op. cit. p. 236). Cette intensification passe par le recul de l’élevage extensif40, et par un progrès technique (activement soutenu par la recherche publique) qui permettra notamment d’économiser sur la quantité d’aliments ingérés par les animaux pour fournir une quantité donnée de viande, lait ou œufs, en améliorant les souches utilisées par la sélection génétique.

Au total, l’amenuisement de l’impact environnemental de la production de viande via l’élevage écologique intensif signifie :

– un déplacement de la production des bovins vers d’autres espèces, en particulier les poulets, c’est à dire une augmentation sensible du nombre d’animaux tués par kilo de viande produit ;

– une dégradation accélérée du cadre de vie des animaux, par disparition des élevages résiduels où ils se déplacent dans de vastes espaces, au profit de leur entassement dans des bâtiments concentrationnaires ;

– une dégradation accélérée de leur qualité de vie du fait des caractères physiques qu’on cherche à développer chez eux. On sait de quel genre de progrès la zootechnie est capable en termes d’améliorations génétiques. On lui doit déjà la mise au point de poulets qui grandissent en 40 jours (au lieu de 80 jours il y a 30 ans) et dont le squelette est trop fragile pour supporter le corps41, la multiplication du nombre de porcelets par portée chez les truies42, du nombre d’œufs par poule, de litres de lait par vache…

Inscrire l’élevage dans un tel schéma de « développement durable », ce n’est pas revenir à un passé rêvé de relations harmonieuses entre le berger et son troupeau sur fond de prairies et montagnes, c’est aller toujours plus loin dans la réification des animaux, leur claustration, c’est produire sciemment des individus difformes, aller au bout de l’épuisement de leurs corps.

Un environnement vivable : pour qui ?

Il ne s’agit pas de conclure au divorce inéluctable entre écologie et éthique animale. Au contraire, le chantier environnemental qui s’ouvre est une occasion à ne pas manquer d’oeuvrer à leur convergence. La conscience progresse que la préservation de la planète ne peut reposer sur le seul réseau des micro-relations privées. Les experts de la FAO soulignent que les problèmes ne seront pas résolus en comptant sur « business as usual », et qu’ils ne le seront pas davantage si les politiques de soutien à l’agriculture se poursuivent selon la logique actuelle. Si tant est que l’on parvienne à mettre en place les dispositifs nécessaires pour enrayer le réchauffement climatique, la désertification, la pollution des eaux… ce sera au prix de bouleversements notables dans la nature des emplois, les modes de consommation et la répartition territoriale des activités. Des moyens importants semblent devoir être dégagés pour provoquer et accompagner les évolutions nécessaires. Il faut réfléchir et peser pour que ce changement débouche sur un état réellement meilleur.

Il est urgent de poser la question : « De qui cette planète est-elle l’environnement ? Pour qui doit-elle rester (devenir) habitable et le rester durablement ? ». Les humains ne sont pas les seuls habitants sensibles de la Terre. Les autres animaux aussi ont un intérêt à jouir d’un habitat conforme à leurs besoins. Un univers de cages, filets et hameçons ne constitue certainement pas un environnement décent pour eux. À quoi riment ces projets de « développement soutenable » et autre « croissance durable » qui consistent à rendre durablement insoutenable l’existence de ceux qui partagent cette planète avec nous ?

Résoudre les problèmes environnementaux imputables à l’élevage par l’abolition de la viande n’est ni plus difficile à organiser ni moins bénéfique pour les humains qu’entreprendre la lourde mutation vers l’élevage écologique intensif. Il est même probable que l’issue favorable, du seul point de vue de l’humanité, est plus certaine via l’abolition. Et du point de vue des animaux, la différence entre les deux options est abyssale.

 Il appartient au mouvement pour l’abolition de la viande d’être l’un des acteurs qui permettront de progresser vers une écologie sensibiliste, et non plus strictement humaniste : se soucier de la bonne gestion de la Terre dans l’intérêt de tous ses habitants sensibles ; cesser de compter les animaux parmi les « ressources naturelles » utilisables à notre guise du moment que cela ne compromet pas les intérêts à long terme de l’humanité.

7. Inscrire le projet d’abolition dans le présent

La revendication d’abolition de la viande n’amenuise-t-elle pas ses chances d’entrer sur le terrain politique par le fait que l’exigence formulée ne saurait être satisfaite dans un futur proche ? Aucun parlement ou gouvernement ne décidera à brève échéance d’interdire l’usage alimentaire des animaux ; aucun parti politique d’importance ne l’inscrira aujourd’hui à son programme. Dès lors, si on conçoit le mouvement comme ne revendiquant rien d’autre que l’événement qui marquera son aboutissement (l’interdiction totale), il risque de n’avoir que peu de prise sur les thèmes d’actualité qui font le tissu de la vie politique courante. Mais il n’y a pas de raison qu’il en soit ainsi. Il y a une foule de mesures partielles qui sont cohérentes avec la marche vers l’abolition : faire reculer et disparaître les subventions à l’élevage et la pêche, taxer la viande, faire respecter le droit de non viande (possibilité de repas sans produits animaux dans la restauration collective), faire régresser l’orientation de jeunes vers les métiers de l’élevage et de la pêche (et métiers associés en amont et aval), empêcher des ouvertures ou extensions d’élevages, contrer la propagande présentant les produits animaux comme indispensables à la santé, obtenir l’interdiction de produire et d’importer tel type de viande obtenu dans des conditions particulièrement atroces… Des entreprises, des réseaux de distribution, des particuliers peuvent créer des zones de non viande sur le territoire dont ils sont maîtres.

 Soutenir l’abolition de la viande n’implique pas en soi la rupture avec les acteurs engagés dans la lutte pour des améliorations ponctuelles des conditions d’élevage et dans la contestation de l’élevage industriel43 : ils sont une des expressions de l’attention portée au sort des animaux dans nos sociétés ; au demeurant, s’attaquer à l’élevage industriel, c’est remettre en cause la quasi-totalité de l’élevage. Sur le terrain, bien des convergences sont possibles, du moment qu’elles ne conduisent pas à entretenir l’illusion selon laquelle on serait en bonne voie d’assurer le bien-être généralisé dans les élevages.

 La revendication d’abolition de la viande ne fait pas passer au second plan l’effort d’information mené en direction des consommateurs afin qu’il soient plus nombreux à refuser les produits animaux. Le but n’est pas de lui préférer une approche plus « collective » du problème : il n’y a pas d’évolution collective qui puisse se bâtir autrement qu’en gagnant le soutien des individus qui composent la société. Le but est de s’adresser aux individus en tant que consommateurs et citoyens, afin que les deux approches se renforcent mutuellement.

 Les associations animalistes ont déjà entrepris d’agir aux différents niveaux où des décisions sont prises : les particuliers, les institutions politiques, les autres organisations (entreprises, instituts de recherche, associations…). La tâche du mouvement pour l’abolition de la viande n’est pas de proposer un bouleversement dans les méthodes employées ou les campagnes menées, même si des thèmes nouveaux viendront s’y ajouter. Sa tâche première est de favoriser la réinterprétation d’une multitude de démarches déjà en place et d’y associer de nouveaux acteurs. Au-delà de leur objectif immédiat, nombre de ces actions prendront sens comme étant des pas vers l’abolition de la viande, parce que cet horizon aura été explicitement fixé et sera entré dans la vie publique comme un des candidats (sérieux) au rôle d’avenir possible.

L’abolition n’arrivera pas insensiblement à pas de fourmi successifs. Il y aura à un moment une accélération et un « saut » avec l’adoption de l’interdiction pure et simple. Mais avant ce jour, nombre de mesures partielles peuvent constituer des signes (et des progrès effectifs) qui rendent de plus en plus crédible, palpable, qu’on tend vers l’abolition de la viande. Elles préparent l’acceptation, la volonté d’en finir avec le sacrifice des animaux à des fins alimentaires.

 Le mouvement pour l’abolition de la viande, c’est aussi la parole : il existe par le fait que des individus et des organisations se déclarent favorables à l’interdiction de la consommation de chair animale. Il existe dès lors que cette prise de position est vécue comme autre chose que la formulation d’un de ces vœux sur un monde meilleur dont on ne croit pas soi-même qu’ils soient destinés à se réaliser.

Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

L’abolition de la viande s’inscrit dans une démarche réformatrice. Le projet n’exige pas de révolutionner de fond en comble les croyances et relations sociales pour instaurer un ordre radicalement nouveau. Il s’agit d’apporter une réponse opératoire à un problème concret : le sort hideux réservé jusqu’ici aux animaux mangés. La disposition requise favorise par ailleurs la sauvegarde d’habitats nécessaires à la vie d’animaux sauvages ; elle contribue à la résolution de problèmes alimentaires et sanitaires concernant les humains, ainsi qu’à la préservation de la planète dans l’intérêt de ses habitants futurs.

Ce qui est utopique, ce n’est pas d’abolir la viande, c’est de prétendre qu’on s’achemine vers la garantie de conditions de vie et de mort décentes pour les animaux élevés, chassés ou pêchés. C’est cela qui relève d’une posture idéologique délirante – a fortiori dans un contexte où la maîtrise des dégâts environnementaux d’une production de viande en pleine expansion menace de devenir un facteur supplémentaire d’intensification de l’élevage.

 Bien que limité dans son objet, le projet d’abolition de la viande ne vise pas moins que le plus grand recul de la souffrance et de la mort jamais accompli. Par son but, et par la façon dont on cheminera vers ce but, il ouvre la voie à une civilisation plus attentive à tous les êtres sentants affectés par nos choix. Au terme du voyage, il y aura beaucoup moins que le paradis ; mais ce ne sera déjà pas si mal en tant qu’aboutissement d’une revendication circonscrite.

Notes et références sur Cahiers Antispecists

Telecharger le dossier complet pdt : pdf Abolir la Viande

Read Full Post »

Older Posts »